église Carmel (20)Intéressons-nous maintenant aux Jésuites arrivés en 1651 en même temps que les Carmes.

 

 Tout d'abord Houël leur attribue une habitation à Saint-Sauveur à Capesterre.

 

Par la suite, en 1655, il leur donne une seconde habitation au quartier de Basse-Terre entre la rivière des Pères et la rivière aux Herbes.

 

 A la même époque, les Jésuites achètent l'habitation Brun-Beaupein où ils installent leur église et leur couvent, à l'emplacement actuel de la Préfecture. Ce lieu s'appelait l'Enclos des Jésuites.

En parlant des Jésuites, le R.P. Breton nous dit : "Les Pères de la Société érigèrent deux chapelles, dont l'une était contiguë à celle des Carmes".La première était leur chapelle privée située près de leur couvent, la seconde était édifiée un peu au-dessus de la place d'armes, aujourd'hui dénommée place des Carmes.

Le Père Labat en a fait une description : "Celle des Jésuites est en maçonnerie, le dedans est orné de pilastres de pierre de taille avec une corniche d'un assez mauvais dessein [...] Elle est lambrissée en voûte en plein cintre de bois d'acajou fort propre [...] Cette église est très propre; elle a eu le bonheur d'échapper deux fois à la fureur des Anglais. Le portail, du moins ce qu'il y en a de fait, est de pierre de taille avec les armes de Messieurs de Houël sur la porte[...]

 L'église des Jésuites, comme l'église des Carmes, fut endommagée par les Anglais en 1759, mais beaucoup moins. Ils la partagèrent donc avec les Carmes.

En 1764, les Jésuites sont expulsés du Royaume de France, leurs biens sont saisis, les Carmes achètent leur église en 1772L'église Saint-Louis des Jésuites change de nom et devient alors l'église paroissiale Notre Dame du Mont Carmel.

Pendant la Révolution, elle servira de prison, de magasin à munitions et d'écurie à chevaux; période après laquelle elle connaîtra une phase de restauration et d'agrandissement, ainsi qu'après avoir été endommagée par l'ouragan de juillet 1825.

 

église Carmel (19)

La partie centrale de la façade principale est en pierre de taille. Elle offre une élévation de style classique à 3 traverses qui correspondent à la largeur de la nef.

 

Au premier niveau, le portail est en plein cintre, il s'ouvre entre des pilastres et deux niches. La porte principale est aujourd'hui surmontée des armoiries de Pierre Hinselin de Morache, gouverneur de la Guadeloupe de 1667 à 1695.

 

Dans les années 1940, la façade a reçu un couronnement en béton, comportant une corniche et une niche qui accueille la statue de Notre Dame.

 

Le tout est surmonté d'un fronton triangulaire brisé.

          

église Carmel (21)

Le Père Fabre qui a participé aux travaux de restauration a émis l'hypothèse que le blason de Charles Houël, signalé par le Père Labat, a été détruit pendant la Révolution et que le Père Vianney a récupéré celui d'Hinselin sur l'hôpital des frères de la Charité, alors en ruines. (Fabre,C. / De clochers en clochers, Carmel; Aubenas, 1977).

 

Sur le blason, l'écu porte une couronne et une guirlande de laurier. Il est porté par deux léopards rampants

Clocher Carmel (2)

En 1949, le Père Manuel Morales entreprend de grands travaux. C'est l'architecte parisien Pierre Isnard qui dirige les travaux d'agrandissement. Il construit notamment le clocher.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Presbytère Carmel (3)Le presbytère est derrière l'église et est accolé au clocher. Il donne sur les rues Dugommier et Flower. Il est inoccupé. Sa partie ancienne est en maçonnerie. Ses baies rectangulaires ont un encadrement et une chaîne d'angle en pierre de taille.  

 

 

 

 

église Carmel (17)

Ceci est un détail de l'inscription funéraire de Jean-Louis Honoré d'Hesmivy, baron de Moissac, intendant de la justice en Guadeloupe de 1763 à 1769.

 

Elle est fixée sur le troisième pilier de l'église.

 

Elle est classée Monument Historique au titre des objets depuis le 11 septembre 1974.

 

Ceci est un détail de l'inscription funéraire du chevalier François Charles de Bourlamaque, gouverneur de la Guadeloupe de 1763 à 1764.

Elle est classée Monument Historique au titre des objets depuis le 11 septembre 1974.

 

Le Gouverneur Bourlamaque a engagé de nombreux travaux pour mieux défendre l'île et développer l'économie.

Il a notamment modernisé le Fort Delgrès et fondé la ville de Pointe-à-Pitre.

église Carmel (14)

 Sur cette plaque, fixée sur le quatrième pilier, on voit les armoiries du chevalier de Bourlamaque en marbre blanc.

église Carmel (15)

 

église Carmel (13)A suivre...

 

Retour à l'accueil