Christophe Colomb arrive à Hispaniola (Haïti).

Gravure de Théodore de Bry, XVIe siècle


A la suite de son premier voyage, Christophe Colomb savait par les Indiens Arawaks d'Hispaniola (actuelle Saint-Domingue et Haïti) qu'il y avait à l'Est des îles peuplées de guerriers mangeurs de chair humaine, les Caribas.


C'est ainsi qu'il repartit le 25 septembre 1493 à la tête d'une importante flotte de 17 navires (dont la Santa Maria connue aussi sous le nom de la Maria Galanta, la Colina, la Gallega, la Santa Clara) sur lesquels étaient embarqués 1500 à 1700 hommes.

 

Il fit une halte aux îles Canaries avant d'effectuer la traversée pour découvrir une première île, qu'il dénomma Dominica (La Dominique) car c'était le dimanche 3 novembre.
Un navire y mouilla tandis que les autres continuèrent leur route.

 

Ils rencontrèrent Maria Galanta (Marie-Galante), nommée ainsi en l'honneur du navire amiral.

 

Puis à la belle île qui pointait à l'horizon, ils donnèrent le nom de Guadalupe (la Guadeloupe) du nom de " Nuestra Señora de Guadalupe", un monastère en Extremadura, une province espagnole.


En route pour l'île de la Guadeloupe, ils trouvèrent sur leur passage plusieurs îlots qu'ils appelèrent "Todos los Santos" (Les Saintes) pour commémorer la fête de tous les saints du 1er novembre.


Colomb arriva alors en Guadeloupe et y séjourna du 4 au 10 novembre car des marins envoyés en reconnaissance s'étaient égarés.

 

Un seul bâtiment accosta à Sainte-Marie à Capesterre-Belle-Eau, le reste de la flotte, selon les écrits de Bartolomé de Las Casas, jeta l'ancre quelque part en Côte-sous-le-vent, on ne sait exactement si c'est à Sainte-Rose ou Deshaies (Las Casas, Bartolomé, Historia de las Indias, tome 2, p. 448).



 

Retour à l'accueil