La troisième phase ou Néo-indien ou Age céramique

selon Irving Rouse, chercheur nord-américain

Les horticulteurs saladoïdes


Au deuxième millénaire avant J.-C., a émergé dans le bassin de l'Orénoque, une tradition agricole fondée sur la culture des tubercules dont le manioc. Ce changement économique majeur s'est accompagné de l'apparition de la poterie. Les populations ont un mode de vie sédentaire et vivent rassemblés en villages.
Vers 1500 av. J.-C., des communautés villageoises quittent le haut du delta de l'Orénoque, région du village actuel de Saladero, pour descendre vers l'embouchure du fleuve. Vers 300 av. J.-C., ces Indiens baptisés "Saladoïdes", sont installés à Trinidad et envahissent progressivement l'archipel des Petites Antilles, en passant par la Grenade.



Exemples d’objets travaillés produits à partir de coquilles de mollusques.

 Source : http://www.archeozoo.org

Leur développement aura lieu du début de notre ère jusqu'en l'an 800. Ils occupent la Grande-Terre : le site de Morel au Moule, l'anse à la Gourde à Saint-François, la Pointe des Pies et la Basse-Terre : Grande-Anse à Trois-Rivières, l'allée Dumanoir et l'habitation Duressy. A Marie-Galante, ils laissent des traces de leur passage à Folle-Anse, Taliseronde, Anse Coq (Yacou et Adelaïde Merlande, 1993).

 


Vase peint à décor géométrique, Morel, Guadeloupe

   Source : www.ac-guadeloupe.fr

Leurs céramiques se caractérisent par des décors peints et incisés, des formes de vases variées et complexes avec des adornos, figurines modelées sur les bords.                    

A Porto Rico et dans le nord des Petites Antilles, les découvertes récentes de céramiques anciennes, d'un style différent, dénommé Huecan saladoïde (du site de la Hueca où furent trouvés de nombreux vestiges), perturbent le schéma classique d'une expansion homogène de la culture saladoïde depuis le Venezuela. Les poteries du style de la Hueca offrent une variété de formes limitée, avec des motifs décoratifs curvilinéaires, remplis de pointillés ou d'incisions croisées, et des adornos zoomorphes. Ces populations "huecoïdes" fabriquent des parures de pierres vertes, des aventurines. Ils séjourneront dans l'île de Vieques proche de Porto Rico (la Hueca), mais aussi en Guadeloupe à Morel (au Moule), à Gros Cap en Grande-Terre, à Folle-Anse et Taliseronde à Marie-Galante, à Saint-Martin (Hope Estate).
Un important site huecoïde a été découvert à Basse-Terre dans le cadre d’un projet de construction d'immeuble dans le port. Une fouille préventive a permis de découvrir un site amérindien exceptionnel. Un  DVD documentaire réalisé par la D.R.A.C. de Guadeloupe, en collaboration avec les archéologues de l’institut national de recherche archéologique préventive( INRAP), présente les étapes de cette fouille.

Le rapport chronologique et culturel entre ces deux ensembles est l'objet de nombreux débats dans la communauté archéologique. Plusieurs sites en Guadeloupe livrent des céramiques des deux groupes : Morel, Folle-Anse et Hope Estate à Saint-Martin. Morel a fourni de la céramique du style cedrosan saladoïde et huecan saladoïde dans le même niveau stratigraphique, daté entre 300 av. J.-C. et 300 après J.-C. La coexistence et l'apparente contemporanéité des deux styles de poterie, à Morel comme ailleurs, pourraient s'expliquer par une différence de fonction symbolique et religieuse au sein du même groupe.

Femme Arawak en tenue traditionnelle

Cette culture saladoïde dite "Arawak" se terminera dans les Petites Antilles avec une nouvelle migration dite"Caliviny", issue d'un îlot sur la côte sud de la Grenade. Ils venaient probablement de l'embouchure de l'Amazone.

Retour à l'accueil